Écrit troisième

Par 27 mars 2018 Écrits

Paradoxal animal

Je souffre mais refuse qu’on me soigne vraiment. Je me plains mais refuse qu’on me soulage vraiment. Lorsque je rencontre un guérisseur je le persécute puis le livre au bûcher…
Qui suis-je donc ?
Je suis le paradoxe fait homme.

Je suis égaré mais refuse qu’on me trace le chemin. Lorsqu’un guide me montre la voie j’en emprunte une autre après l’avoir crucifié au carrefour…
Qui suis-je donc ?
Je suis l’ingratitude faite homme.

Je suis ignorant mais refuse qu’on m’instruise. Je pose des questions mais n’écoute pas les réponses du maître. Lorsqu’elles ne me conviennent pas je prends soin de le livrer aux tortionnaires. Je me complais dans ma crasse parce que la merde tient chaud.
Je ne souhaite qu’une chose : rencontrer l’écho de mon ignorance…
Qui suis-je donc ?
Je suis la bêtise faite homme.

Je suis a fond de cale sur un navire qui tangue. Je tends la main, non pas pour qu’on me sauve, mais pour attirer autrui dans ma fosse. D’ailleurs je dédaigne la perche.
Si d’aventure je m’aperçois que d’autres ont une chance de salut, je saborde le vaisseau afin qu’ils périssent avec moi.
Qui suis-je donc ?
Je suis l’égoïsme fait homme.

Je suis riche et mange comme gargantua,pourtant je lorgne vers l’assiette du pauvre. Si j’osais je lui piquerais ses frites. J’ai tout et jalouse ceux qui n’ont rien. Il suffit qu’ils aient l’air heureux…
Qui suis-je donc ?
Je suis l’envie faite homme.

Enfin je prêche une religion d’amour et suis méchant. Je fais de l’humanitaire en Lacoste dans un 4/4 dont la vente nourrirait tout le village. Dans ma famille on pratique la bienfaisance lors de somptueuses réceptions alors que je tire mes revenus de l’exploitation du tiers monde. Je me préoccupe de la misère pourvu qu’elle soit loin de moi.
Dans les rapports sociaux je porte mon masque en permanence et ne révèle ma vraie nature que lorsque j’ai le pouvoir…
Qui suis-je donc ?
Je suis l’hypocrisie faite homme.

En synthèse, je suis donc souffrant, égaré, ignorant mais aussi égoïste, envieux et hypocrite. Je me considère pourtant comme le maître de la terre et de l’univers…
Qui suis-je donc ?
Je suis l’orgueil fait homme.

En ce qui me concerne, moi qui ai compris toutes ces choses et bien d’autres :
Je voudrais que tout le monde m’aime et suis incapable d’aimer tout le monde.
Je souhaite faire profiter de mes acquis en guidant mon prochain mais fais fausse route.
J’aimerais soulager mes semblables de leurs maux et maltraite mon corps.
Je donne des conseils que je n’applique pas forcément.
Qui suis-je donc ?
Je suis un pauvre con comme les autres, avec en plus l’illusion de pouvoir influer sur le destin et l’évolution de mon prochain.

Ce savoir durement acquis me pousse à l’orgueil. Si je n’y prends garde je crains de rater l’épreuve…

Laurent.

Article suivant